Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

Annexes (comment ça « libre » ?)
notre « philosophie informatique », suite...

L’idée de copyleft

Pourquoi des centaines de gens à travers le monde travaillent gratuitement à construire des logiciels libres ?

Liens proposés

Article mis en ligne le 24 mai 2006
dernière modification le 17 février 2010

par Michel Simonis
logo imprimer

L’idée de copyleft

Le copyleft est une utilisation particulière du droit d’auteur partant du principe que le partage doit fonctionner dans les deux sens. Il autorise la copie, la modification et la diffusion d’une œuvre, en imposant que les versions modifiées faisant l’objet d’une diffusion soient également disponibles sous une licence copyleft. Ainsi, avec le copyleft, ce qui est libre reste libre pour toujours.

Le copyleft est un concept inventé par la Free Software Foundation. Certaines personnes l’utilisent dans une démarche militante en faveur du libre accès aux connaissances. Ce concept ne se limite d’ailleurs plus qu’au logiciel.

Tout en respectant le droit de l’auteur, l’idée de copyleft consiste à garantir les libertés du public en s’assurant que les œuvres sous copyleft resteront libres. Il permet de créer un fonds commun d’œuvres libres, considérant que la connaissance scientifique et artistique fait partie du patrimoine de l’humanité.
Extrait du « Livret du Libre »

Bizarre, pourquoi des gens font-ils ça ?

Dans un article fort intéressant sur « la dynamique open source », auquel je vous renvoie, on peut lire que l’open source s’inscrit dans deux dynamiques, « le modèle de l’artisanat, qui fait intervenir le plaisir de l’artisan ( »on ne devient pas compositeur si on n’aime pas la musique« ) ; et le modèle du jeu des réputations » qui explique la motivation par la réputation acquise aux yeux des pairs.
Ces deux modèles sont compatibles. Un travail bien fait est susceptible d’attirer l’attention de la communauté . L’attention peut conduire au prestige.

Le modèle du « jeu des réputations » s’inscrit dans le cadre d’une culture du don. cette dernière est une réponse à une économie d’abandance, dans laquelle le statut vient du don plutôt que de la possession. les échanges prennent la forme d’un commerce d’idées et de réputation.

La recherche de la réputation vise la satisfaction de l’ego, mais sans égocentrisme. L’humilité est une valeur importante, car les communautés open source fonctionnent suivant une méritocratie stricte. La dimension commerciale est absente, même si la réputation peut conduire à la création d’une société.
La réputation conduit également à la constitution d’un réseau de confiance."

http://www.logiciellibre.net/download/fiche132.pdf

Liens

Revenir au début

Retour à la page « Notre philosophie informatique »

Retour à la page d’accueil


Forum
Répondre à cet article

30 années de GBEN


Sorti de presse fin octobre 2016, le carnet du CARHOP de Florence LORIAUX « Transformer la société par l’éducation, 30 ANS DE RéFLEXIONS ET D’ACTION DU GBEN » retrace l’histoire de notre mouvement.

Le livre (141 pages) est disponible au prix de 10 €. (plus les frais postaux éventuels).

On pourra trouver le livre chez quelques membres actifs du GBEN. Il peut être commandé à Ermeton s/Biert auprès d’Eugénie Eloy (12 € plus les frais de port) à verser sur le compte du GBEN Triodos BE22 5230 8031 3247 du GBEN asbl.



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31
Hébergeur : OVH