Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

Réveiller le rêveur, changer le rêve
symposium
Article mis en ligne le 20 février 2008
dernière modification le 21 février 2008
logo imprimer

Samedi 26 avril 2008

9h30 - 17h00
à TIHANGE (Huy), au CAF
(Centre d’Auto-formation de la Communauté Française),
1, route de Neuville, à 4500 Tihange (Huy).

Animation : Michel Simonis et Gertrude Croé.

Changer de vision... Prendre conscience que tout est relié : écologie, économie, épanouissement humain.

Ce symposium, créé par l’organisation « The Pachamama Alliance »*, explore trois enjeux fondamentaux auxquels nous faisons face et qui sont en fait trois facettes d’un seul et même thème : l’équilibre écologique, la justice sociale, l’épanouissement spirituel.

Informations chiffrées, courts-métrages, témoignages vidéo d’experts et interactions dynamiques en groupe nous mèneront à une réflexion profonde et constructive pour nous aider à changer de regard sur nous et sur le monde.

Le symposium est un outil puissant de sensibilisation, de prise de conscience et d’engagement, doté d’un grand nombre d’informations et de références, adaptable à tout public, enseignement primaire, secondaire et supérieur, divers publics adultes, familles, collectivités, associations...

La présentation du processus « Réveiller le rêveur » dans le cadre du GBEN (Groupe Belge d’Education Nouvelle) et du réseau Culture et Développement visera plus particulièrement à cette dynamique d’appropriation et d’adaptation de l’outil en vue d’une diffusion dans les différents publics avec lesquels nous travaillons.

Informations pratiques

Participation aux frais : 25 € y compris une collation à midi).
Pour une seconde personne (ou plus) de la même famille : 20 €.
à verser au compte 523-0454725-64 de « L’Arc-en-ciel (à l’attention de Michel Simonis) »
Merci de préciser nom, adresse, téléphone, email éventuel des personnes inscrites.
L’inscription est ferme au reçu du versement de la participation.

Un plan d’accès sera communiqué aux personnes inscrites.

Sur demande, en vue d’un co-voiturage, Michel Simonis vous communiquera les coordonnées des personnes inscrites de votre région.

Réponse avant le 15 mars 2008 à Michel Simonis
email : michel.simonis@teledisnet.be
tél./fax : 085 21 67 06


Présentation du symposium

Dans nos sociétés occidentales, nous avons engrangé des connaissances scientifiques prodigieuses, développé des modes de raisonnements qui nous semblent logiques et progressé sans cesse dans le domaine de la technologie. Nous avons dans l’ensemble amélioré notre niveau de vie et notre confort. Dans le même temps, de nombreux experts s’accordent à dire que nous sommes, à l’heure actuelle, confrontés à des faits accablants prouvant que notre société moderne se dirige vers une crise majeure. D’éminents scientifiques nous montrent que les systèmes économiques et industriels mis en place par les sociétés nanties sont susceptibles de bouleverser l’équilibre fragile et complexe de la vie sur notre planète.

Cette approche particulière du monde, les peuples indigènes d’Amérique du Sud la qualifient de "rêve. Certaines communautés, qui ont préservé un lien étroit avec la nature, nous interpellent. Eux qui possèdent une connaissance et une sensibilité intrinsèques de la nature, celle de ne faire qu’un avec elle, ont une règle selon laquelle rien ne doit être entrepris qui pourrait constituer une menace pour les générations futures.

Le message des Indiens d’Amérique du Sud est clair : l’acte le plus fort qui puisse être posé pour sauver la planète et les êtres qui l’habitent est de « changer le rêve des populations du Nord ».
Le rêve du Nord ? Nous sommes, disent-ils, dans une époque de « transe » économique, sous l’emprise du rêve d’un « paradis futur ». Un fantasme de bien-être économique à n’importe quel prix, qui détruit non seulement l’environnement mais aussi notre communauté humaine.

S’il est urgent, pour notre survie collective, de transformer les valeurs fondamentales et les perceptions de notre société occidentale, pas question pour autant de diaboliser une façon de vivre par rapport à une autre. Changer de vision, c’est rapprocher deux manières de voir : la sagesse qui honore la terre et le génie du monde moderne technologique dans lequel nous vivons.
C’est un changement de perspective. C’est se reconnaître comme individus engagés qui œuvrent ensemble pour un même projet ; un projet où tout un chacun est prêt à agir et à envisager une nouvelle manière de voir.

Notre vision du monde sans celle des peuples indigènes menace aujourd’hui la vie sur notre planète.
Les connaissances propres aux deux mondes sont importantes et, lorsque nous les combinons, elles deviennent extrêmement puissantes.

Pour plus d’information : visiter
http://www.reveillerlereveur.org/
et http://www.pachamama.org.

D’autres sources seront communiquées au cours du Symposium.

Voir aussi http://www.dbao.be/CultEtDev.htm,
et www.larcenciel.be

Forum
Répondre à cet article

Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.44
Hébergeur : OVH