Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

Ecole et résilience
Article mis en ligne le 28 août 2016

par Michel Simonis
logo imprimer

Dans le prolongement de la rencontre de Buzet, ces 23 et 24 août 2016, Léo nous recommande les ouvrages de Jean-Pierre Pourtois, notamment autour de la résilience.
Voici donc deux ouvrages qui pourront enrichir nos réflexions et nos pratiques.


Ecole et résilience

Sommes-nous condamnés à succomber aux épreuves ? À chuter sur les obstacles ? À sombrer après un traumatisme ?

Pour Boris Cyrulnik, il n’en est rien. Nous pouvons reprendre notre développement après tous nos déboires. Mais à certaines conditions sine qua non qu’il s’est attaché à décrire. Nous pouvons être résilients pourvu que nous trouvions dans notre entourage des tuteurs de résilience. Des figures d’attachement qui nous aident, jeunes ou moins jeunes, à nous en sortir.

Dans ce collectif, des psychologues de l’éducation développent une idée exposée par Boris Cyrulnik dans Parler d’amour au bord du gouffre : que l’école peut être ce tuteur de résilience. Ils présentent les pratiques résilientes dans l’institution scolaire, comme l’accueil des handicapés ; les facteurs de résilience scolaire, par exemple, contre les maltraitances familiales ; les processus de résilience, comme le sens de l’humour.
Ils montrent que la résilience permet de lutter contre l’échec scolaire.
Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, est l’auteur de best-sellers dont le dernier paru est De chair et d’âme.
Jean-Pierre Pourtois est professeur de psychosociologie de l’éducation familiale et scolaire à l’Université de Mons-Hainaut en Belgique.
Contributions de Marie Anaut, Cristina Antunes, Alain Bentolila, Évelyne Bouteyre, Delphine Burrick, Éric Debarbieux, Rollande Deslandes, Huguette Desmet, Carine Dierkens, Henriette Englander, Anne-Marie Fontaine, Daniel Gayet, Willy Lahaye, Line LeBlanc, Marie-Louise Lefebvre, Odette Lescarret, Pierre Mannoni, Michel Mercier, Émilie Morel, Bernard Terrisse.


Eduquer, c’est l’affaire de tous

« Il faut tout un village pour éduquer un enfant » dit un proverbe africain. En ces temps où l’individualisme s’impose au sein de la société en général et de la famille en particulier, suscitant des problématiques spécifiques telles que l’angoisse des parents, la (sur)puissance mais aussi la fragilité de l’« enfant du désir », le désarroi des enseignants et des éducateurs, le recours fréquent aux psy… il est urgent de retrouver de la reliance entre les gens pour permettre le bien-vivre – surtout le bien-faire ensemble – et susciter le développement optimal de tous, enfants et adultes. Certes ! Mais comment faire ? Etre des parents seuls face à l’éducation de leur enfant, des enseignants isolés dans leur classe, des intervenants socio-éducatifs, sanitaires, culturels… sans lien les uns avec les autres se révèle peu efficace, décourageant et anxiogène. Par contre, travailler ensemble, co-éduquer permet de créer une synergie fructueuse dont les bénéficiaires sont non seulement les enfants mais aussi les adultes qui s’engagent dans une telle voie.

Voir l’article « Education émancipatrice »

Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.44
Hébergeur : OVH