Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

JARDIN D’ENFANCE (1) : Citoyens dès la maternelle ?
Article mis en ligne le 6 mai 2012
dernière modification le 8 mai 2012

par Eugénie Eloy
logo imprimer

Gardienne… Occupationnelle… Technique… Préparatoire… Compensatoire… ?

De tout un peu ?

Certains lieux d’enfance sont déjà des écoles. On y trouve un melting-pot d’occupations variées, prévues par un adulte omniprésent : un peu de jeu, un peu de techniques, un peu d’apprentissages programmés, un peu d’individualisation compensatoire des handicaps socioculturels, tout cela lié à la sauce de l’épanouissement personnel.

Les pièces de ce puzzle sont destinées à former l’image de l’écolier parfait qui chante la mélodie du bonheur voulue par la société.

Peut-on parler d’échec, d’exclusion ? Certains bambins arrivent à comprendre ce que l’école attend d’eux, ils deviennent trop tôt des « écoliers ». Ils apprennent à faire semblant pour plaire et s’attribuer les mérites. D’autres, en revanche, un pourcentage important, renâclent, se rebellent, s’isolent. Ils sont vite mis au pas. Ils ingèrent dès 3 ou 4 ans l’idée que leur image ne sera jamais belle !

Quel milieu éducatif a nos préférences ?

Le sous-titre « Citoyens dès la maternelle », marque notre option : habituer peu à peu les enfants, dès leur plus jeune âge, à participer aux décisions, à défendre leur point de vue, à organiser la vie sociale de la classe, à choisir ce qui leur plaît et à assumer leur choix, à communiquer leurs émotions quelles qu’elles soient, à écouter les autres, à prendre la parole pour dire ou défendre leur point de vue, à jouir des droits et devoirs inhérents à leur vie d’enfants.

Il est bien évident que, dans cette vie, que nous décrirons comme un feuilleton, la place de l’adulte est importante. C’est lui, qui est garant de l’apprentissage de la démocratie, du respect de l’autre, du droit à l’erreur aussi bien dans les apprentissages répertoriés que dans l’apprentissage de la vie sociale et dans la construction, petit à petit, de la culture de paix et de la solidarité.

Dans cette organisation centrée sur la société d’enfance, le jeu et l’expression sous toutes leurs formes sont les fondements essentiels de la construction harmonieuse des diverses personnalités.

Donc : peindre, chanter, écouter une histoire, jouer dans le sable ou dans l’eau, bricoler, danser, sauter, grimper, se cacher, regarder des livres, écrire, lire, compter, mesurer pour de bon, élaborer des projets, écouter ou jouer de la musique, se rassembler ou s’isoler etc. ne s’expérimenteront qu’à travers une organisation participative où enfants ET adulte proposeront des activités, des sorties, des regroupements, chacun ayant voix au chapitre et argumentant ses désirs ou ses refus.
Jeu et expression seront valorisés par l’enrichissement du milieu ambiant, sollicités par les suggestions des pairs et de l’adulte, accueillis sans jugement de valeur (c’est aussi bien de jouer à la poupée, même à 5 ans, que de s’essayer au graphisme…).

Jeu et expression seront vécus en groupements multi-âges, hétérogènes, riches de diversités culturelles familiales et/ou ethniques, riches aussi de compétences variées où les modèles de références ne sont plus seulement les stades d’apprentissages programmés et l’adulte mais les chemins sinueux de l’expérimentation, avec l’adulte mais aussi les pairs.

Petit à petit, ensemble, nous dépasserons le spontané par le construit, construit qui poussera dans un terreau venu de la vie enfantine, oserions-nous dire « écologique ? » puisé dans les forces vives des enfants et non dans le puits sans fin de la pré-programmation externe. Fondations solides sur lesquelles les apprentissages conceptuels ultérieurs pourront ériger une connaissance dense, créative, et solidaire si toutefois le culte de l’évaluation notée ne la sape pas telle une horde de termites s’attaquant aux structures de l’édifice.

***

Ainsi se termine ce prologue.
Suite aux prochains numéros au cours desquels des séquences de classe, des témoignages d’enseignants, de parents, des anecdotes, des récits de heurs et malheurs vécus lors des changements… accompagnés de réflexions théoriques, seront proposés à votre lecture bienveillante.

VOIR le prochain épisode  :
« Pour une organisation de démocratie participative en classe de 2 1/2ans à 6 ans : outils facilitateurs »

Eugénie Eloy, mars 2012

eugenie.eloy@live.be


Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22
Hébergeur : OVH