Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

Pourquoi les ados brûlent les écoles ?
l’approche d’Aboude Adhami*, psychologue et psychothérapeute
Article mis en ligne le 13 octobre 2010
dernière modification le 10 décembre 2013
logo imprimer

http://leligueur.citoyenparent.be/r...

* Abou Adhami vient de faire une remarquable intervention à Namur lors du 50 e anniversaire des centres PMS libres de Namur, sur le thème « Enveloppe famille adresse : postmodernité » (Familles d’hier, familles d’aujourd’hui, familles de demain)

Voici deux extraits de l’article.

« L’école est le dernier rempart de la société, le seul endroit de confrontation obligatoire des adolescents aux adultes où, dans un rapport d’autorité, l’adulte ’certifie’ l’accès du jeune au monde du travail et des adultes, analyse Aboude Adhami. Car ce n’est plus ni la famille, ni la société, ni l’armée, ni la religion qui attestent de cette entrée dans le monde adulte. L’école est le dernier lieu contenant cet ersatz de rite d’initiation. Et l’école n’est pas au courant. L’école fonctionne encore comme si elle avait autour d’elle un réseau social qui contenait avec elle les adolescents, or ce n’est pas le cas : elle est seule dans ce rapport de force avec eux. » 
Dans le désaveu de l’école par les jeunes, intervient aussi le rapport à la technologie et à la modernité. « Les adultes sont dépassés, note encore Aboude Adhami. Par rapport aux moyens d’accès au savoir et à l’information, l’école est tout à fait archaïque. Il y a une crise entre l’attente des jeunes, drillés à trouver sur un clic, et l’enseignement qui leur demande de s’asseoir huit heures par jour sur une chaise, avec des professeurs qui parlent de choses qui ne les intéressent pas toujours. Cela n’existe plus nulle part ailleurs, dans la société, ce type d’apprentissage. L’école n’est pas au rendez-vous de la modernité, et ce n’est pas en mettant des ordinateurs dans les classes qu’elle y arrivera. »

L’accrochage scolaire reste important, il y a un enjeu éducatif et d’avenir aussi. (...) Prendre le temps d’écouter et de traduire. Un jeune qui n’en veut pas, à quoi résiste-t-il ? À quoi dans sa famille ? À quoi en lui-même ? Qu’essaie-t-il de dire vraiment ?"

Lire tout l’article


Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22
Hébergeur : OVH