Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

Des racines pour grandir
Article mis en ligne le 17 juillet 2017
dernière modification le 18 juillet 2017

par Michel Simonis
logo imprimer

Le travail avec le mandala s’oriente maintenant, avec les nouvelles avancées de Marie Pré, vers une dynamique de compréhension et d’accompagnement des étapes de la vie : « L’expérience intérieure personnelle est à la base de cet enseignement. Elle seule permet d’en comprendre les lois à travers sa propre histoire, afin de mieux entendre autrui dans le respect et la clarté intérieure. » (Marie Pré) « comprendre sa voie particulière en est le fondement. En reconnaître la source et les étapes à franchir pour devenir réellement soi-même sont les clés de l’évolution collective. » (Idem)
C’est un travail d’accompagnement des parents, éducateurs et enseignants. Il comporte un aspect transgénérationnel.
Ceci explique mon « Coup de cœur » pour ce travail que je découvre dans La Libre d’aujourd’hui : “Dans les écoles, le projet “Racines”aide les élèves à découvrir leurs ancrages familiaux."

En attendant de vous communiquer l’article, voici une vidéo bien stimulante que je vous partage. Un autre Coup de cœur...

https://youtu.be/tKPXasqOxUY

Apaiser le passé

« Dans mes classes, j’ai réalisé que les élèves, consciemment ou inconsciemment, portaient sur leurs épaules l’histoire, les forces, les non-dits et les blessures des générations qui les ont précédés. Et ce poids est un obstacle à l’apprentissage. Il peut être source de blocages. Aujourd’hui également, parce que les familles recomposées, déchirées ou issues de l’immigration sont de plus en plus nombreuses, beaucoup d’enfants sont coupés de leurs racines. Ils ne les connaissent pas, ne comprennent pas ou ne savent pas pourquoi ils sont en Belgique. Or, pour pouvoir apprendre librement, un enfant doit comprendre d’où il est, et mieux percevoir qui il est. Il doit être en paix avec ses racines. Tout notre projet vise donc à cela : permettre aux enfants de découvrir d’où ils viennent, quelle fut l’histoire des générations qui les ont précédés. Qu’elle soit douloureuse ou belle, ce qui est certain, c’est que c’est seulement quand on connaît son histoire qu’on peut l’accepter. Et c’est une fois qu’il a un ancrage, qu’un jeune peut assurer sa propre histoire, et défricher son chemin. »

Le projet ‘Racines’, dans une classe, se déroule pendant huit mois, à raison d’une heure trente toutes les deux semaines. Chaque quinzaine, l’enfant reçoit une mission : réaliser son arbre généalogique, demander à ses parents, grands-parents ou arrière-grands-parents une anecdote, rechercher un maximum de souvenirs familiaux, découvrir les grands événements historiques que les générations précédentes ont vécus ou subis.

Une étincelle pour mieux dialoguer

Ces missions, chacune à leur tour, sont l’occasion d’explorer l’histoire familiale et l’histoire mondiale. Elles engagent aussi à renouer un dialogue, au sein de la famille d’abord, mais aussi en classe, là où on peut croiser les récits de chacun.
LIRE LA SUITE...

sur le site http://www.yet.brussels/fr/actions/des-racines-pour-grandir

Voir aussi
http://www.lalibre.be/actu/movewithafrica/vinciane-hanquet-le-projet-donne-du-sens-aux-apprentissages-52c559fe35701baedaaf5a56


Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22
Hébergeur : OVH